Aménagement du territoire et du paysage

Les fruits de la collaboration

Décerné aux communes de l’Ouest lausannois, le Prix Wakker 2011 distinguait leur engagement en faveur d’une collaboration intercommunale. Treize ans plus tard, des résultats concrets sont manifestes: une densification de l’habitat bien coordonnée, un réseau de transports amélioré et des espaces publics attrayants comptent parmi les réalisations les plus visibles de ces efforts communs.

En 2011, les communes signataires du Schéma directeur de l’Ouest lausannois de 2003 recevaient le Prix Wakker. Pour la première fois, cette récompense était attribuée à un ensemble de communes. Bussigny, Chavannes-près-Renens, Crissier, Ecublens, Prilly, Renens, Saint-Sulpice, Villars-Ste-Croix  et Lausanne étaient ainsi distinguées pour leur action conjointe de mise en valeur de leur territoire, d’organisation de leur développement et de création d’une identité commune. Mais tout était encore à réaliser. Ces communes avaient pensé ensemble la réorganisation urbanistique de leur territoire et initié des études de planification dans une dynamique de transformation visant à améliorer le cadre de vie des habitantes et habitants. Ainsi, Patrimoine suisse saluait en quelque sorte une promesse, une vision basée sur la collaboration intercommunale.

Treize ans plus tard, les effets de cette dynamique initiée au tournant du siècle apparaissent beaucoup plus concrètement. De grands projets intercommunaux ont été menés à bien ou sont en cours de réalisation. Halte CFF de Prilly-Malley, gare de Renens, secteur de Malley, tram, bus à haut niveau de service en sont des exemples. De nombreux plans de quartier communaux, inscrits dans la vision globale, ont été mis en vigueur et les chantiers ont suivi. Parmi eux, Malley à Prilly, Les Cèdres à Chavannes ou encore le Château à Crissier ont été approuvés dans les urnes. Durant la même période, le réseau de bus s’est fortement développé, les anciennes routes cantonales ont été requalifiées, faisant place aux bus et aux modes doux. Un réseau de voies vertes et des franchissements ont été créés. Des espaces publics de qualité voient régulièrement le jour. Les centralités et les quartiers s’affirment progressivement avec le développement d’une ville des courtes distances, offrant services, commerces, équipements et parcs de quartier. L’identité de l’Ouest lausannois se renforce en même temps que la collaboration intercommunale.

Les atouts d’une vision commune

La gerbe s’est nouée au bon moment, et la vision commune se révèle gagnante face à des enjeux cruciaux. Comme la statistique le laissait prévoir, la population a continué de croître au rythme des années précédentes. Mais l’étalement et la consommation du territoire ont pu être freinés par l’urbanisation vers l’intérieur, préservant la campagne environnante. Depuis 2011, plus de 12 000 nouveaux habitants et 6000 nouveaux emplois ont été intégrés dans l’Ouest lausannois, qui dépasse aujourd’hui les 80 000 habitants et 50 000 emplois. Le campus universitaire a par exemple connu une croissance impressionnante.

Avec une surface de sol constante, il s’agit de faire davantage et mieux au même endroit: réutiliser les friches, les dents creuses, les interstices, multiplier les usages, mutualiser des espaces, travailler avec l’existant. Chaque projet est l’occasion d’améliorer, de régénérer un territoire, en offrant plus d’espaces publics, plus d’arbres, de meilleurs transports publics, des commerces ou des équipements.

La coordination du développement à travers une vision concertée est aujourd’hui une évidence. C’est une habitude qui a pris racine dans ce territoire compact et imbriqué. Les structures et le fonctionnement mis en place dans l’Ouest lausannois lui confèrent la flexibilité nécessaire pour s’adapter aux nouveautés et pour poursuivre un rôle de pionnier dans certains domaines.

Loi sur l’aménagement du territoire et projet d’agglomération

Depuis 2011, le contexte général et les attentes de la population ont évolué. La votation de 2013 sur la loi fédérale sur l’aménagement du territoire a consacré le principe du développement vers l’intérieur pour réduire le mitage du territoire.

L’Ouest lausannois était déjà engagé dans cette voie, assumant une responsabilité importante. Situé au cœur de l’arc lémanique, au sein d’une agglomération, sans être ville-centre, mais avec un fort potentiel pour le développement des transports publics, le district est par nature un lieu propice à l’accueil démographique. Le vote fédéral de 2013 est venu confirmer les stratégies ouest-lausannoises déjà en place et qui avaient été saluées par le Prix Wakker de 2011.

Auparavant, l’expérience de l’Ouest lausannois avait aussi servi dans l’élaboration du premier Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM), parmi les mieux accueillis par la Confédération, en 2006 (cf. Programme trafic d’agglomération, p. 20). Plusieurs éditions du PALM ont suivi et plus de 160 millions de francs de subvention ont été obtenus de la Confédération pour des infrastructures à construire dans l’Ouest lausannois.

Plan directeur intercommunal

Après un premier cycle de planification et de réalisations, les communes de l’Ouest lausannois ont décidé, en 2016, d’élaborer ensemble un plan directeur intercommunal (PDi-OL) sur la base d’une large concertation. Adopté par les huit législatifs communaux du district et approuvé par le Conseil d’État vaudois, celui-ci est entré en vigueur en 2021. Il remplace le Schéma directeur de l’Ouest lausannois et permet de se projeter à l’horizon 2040. Le PDi-OL identifie les enjeux territoriaux et fixe ainsi des intentions fortes pour l’évolution du territoire. Sur cette base, une nouvelle génération de projets intercommunaux voit le jour autour des éléments structurants du territoire: grands parcs, voies vertes, axes principaux de transports publics.

Gouvernance

Une mise à jour de la mission et de la structure de l’entité de collaboration appelée SDOL («stratégie et développement de l’Ouest lausannois») a été menée au même moment, en 2016. Les huit municipalités de l’Ouest lausannois ont signé une nouvelle convention. Le bureau SDOL fonctionne comme un service intercommunal. Il est en charge de développer une planification globale du territoire. Pour la réalisation, il transmet ses projets à d’autres services communaux ou intercommunaux. C’est ainsi que des structures de projets ad hoc ont vu le jour pour la réalisation de Malley (Fabrique de Malley) ou pour la gare de Renens (avec un chef de projet unique pour les quatre communes concernées).

Avec le PDi-OL et la nouvelle convention, l’entité SDOL a vu ses thématiques s’élargir. Toujours en lien avec le territoire, la collaboration porte également sur l’environnement, l’énergie, les activités économiques, le patrimoine ou encore l’identité régionale. De plus en plus d’acteurs participent aux réflexions intercommunales au travers de groupes politiques et techniques thématiques. Si le tableau général peut paraître complexe, son principe est simple: aborder chaque thème et chaque projet à la bonne échelle en regroupant les acteurs concernés pour travailler ensemble sur la base d’une vision générale commune pour le territoire de l’Ouest lausannois.

Association pour perpétuer l’esprit du Prix Wakker

En 2017, les communes de l’Ouest lausannois ont aussi décidé de fonder l’association «Ouest lausannois: Prix Wakker 2011» (OLPW–2011). Cette association a notamment pour objectif de travailler sur les questions de patrimoine, de culture du bâti et de mobilité douce, et de mener des actions de sensibilisation et d’incitation auprès de la population. Elle vise aussi à renforcer l’identité régionale de l’Ouest lausannois, tout en préservant les identités communales. Elle a mené des projets et est à l’origine de la collection des Cahiers de l’Ouest ou encore de la «Distinction de l’Ouest» qui récompense la qualité des réalisations les plus récentes sur le territoire ouest-lausannois.

Le Prix Wakker a contribué à forger l’identité de l’Ouest lausannois, ce jeune district créé en 2008. Il a concouru à asseoir les exigences de qualité manifestées d’abord dans le schéma directeur puis dans le plan directeur intercommunal, qu’elles soient urbaines, architecturales ou d’intégration dans le contexte et de respects de l’existant et du patrimoine. En soulignant l’originalité et l’intérêt de la démarche, il a fini de convaincre les parties prenantes et motivé la participation. Ce prix a soudé les syndics de l’époque, qui ont pris acte que leur destin était lié et que cela donnait du poids à la défense des intérêts de l’Ouest lausannois. Il a encouragé le renforcement d’un réseau d’acteurs soudés qui s’entraident et trouvent des solutions ensemble, au-delà de la concurrence entre communes. Depuis le début des années 2000, les communes de l’Ouest lausannois font tomber les barrières. La collaboration intercommunale continue d’évoluer et de s’adapter aux besoins et enjeux en cherchant chaque fois l’échelle pertinente et la meilleure organisation pour mener réflexions et projets. 

 

Benoît Biéler, directeur Bureau Stratégie et développement de l’Ouest lausannois (SDOL)

Prix Wakker

Le Prix Wakker distingue des communes qui peuvent se prévaloir d’un développement urbanistique de qualité. 

Lauréat 2011

Ouest lausannois (VD)
Pour sa quarantième édition, Patrimoine suisse attribue le Prix Wakker 2011 aux neuf communes de l’Ouest lausannois. Bussigny, Chavannes, Crissier, Ecublens, Prilly, Renens, St-Sulpice, Villars-Ste-Croix et Lausanne reçoivent cette distinction pour leur action commune de mise en valeur de leur territoire, d’organisation de leur développement et de création d’une identité cohérente.