Aménagement du territoire et du paysage

Histoire d’une agglomération et d’une collaboration

Les agglomérations typiques sont con­frontées au défi de la planification: dix communes de deux cantons aménagent ensemble leur espace – sous l’égide de la Verein Birsstadt. Un aperçu de la genèse et de l’organisation de la lauréate du Prix Wakker 2024.

Les différentes communes de l’agglomération bâloise n’ont cessé de croître au cours des dernières décennies – la Birsstadt actuelle ne faisant pas exception. Sans les panneaux bleus de localité, il est difficile, pour toute personne étrangère aux lieux, de déterminer où prend fin une commune et où commence la suivante. Les infrastructures comme les autoroutes ou les lignes ferroviaires, les routes cantonales ou les transports publics ne s’arrêtent généralement pas à leurs frontières. Mais l’autonomie communale demeure une réalité: durant longtemps, la politique et l’aménagement sont restés circonscrits à ces espaces. Une situation que l’on rencontre un peu partout en Suisse, et un système qui touche tôt ou tard à ses limites. Mais comment changer ce fonctionnement?

Commencer là où ça ne fait pas mal

Au commencement était le paysage. Ou plutôt, le potentiel paysager. La plupart des communes de la Birsstadt bordaient une des rives du cours d’eau qui, longtemps, n’occupait qu’une position périphérique. Un concept territorial a modifié cette perception et a révélé le potentiel de la Birse, qui est désormais passée au centre des préoccupations. L’impulsion est venue d’un mandat du canton de Bâle-Campagne. Cette étude a été élaborée dans le cadre d’un «projet-modèle pour un développement territorial durable» de la Confédération, une entrée en matière très accessible. Il en est résulté une première collaboration concrète sous la forme du Birsuferweg. Le groupe de travail Birspark Landschaft s’est constitué sur cette base. Par la suite, un plan d’action pour le Birsraum a été développé afin de coordonner la protection de la nature et l’utilisation du territoire.

En parallèle, la prise de conscience que l’urbanisation ne pouvait se poursuivre «comme avant» s’est renforcée. Le groupe d’aménagement régional a été lancé en 2013 et a élaboré un concept spatial pour la Birsstadt. Outre la fixation d’une orientation pour le développement territorial, cette première vision commune a montré clairement qu’une meilleure coordination de l’urbanisation et du trafic était indispensable. Un nouveau projet a alors été mis sur les rails afin de concevoir un plan de mobilité. À ce stade s’est posée la question du pouvoir de décision.

Une ville pour association

La Verein Birsstadt est née en 2018 des expériences de collaboration dans les groupes de travail. Durant longtemps,
Bâle-Campagne ne disposait pas de base légale pour les coopérations supracommunales. Il n’y avait pratiquement pas
d’alternative à l’association. Formé des maires des dix communes, le comité dispose d’une vue d’ensemble sur les trois volets: planification régionale, Birspark Landschaft et Energie-Region. La collaboration existante a été renforcée par l’association. Cette forme d’organisation impose aux groupes et au comité de chercher des consensus car le comité lui-même ne dispose guère de compétences. En effet, les documents comme le concept de mobilité doivent être adoptés par chaque commune, ce qui représente un processus long et laborieux.

La Birsstadt, une agglomération atypique

La situation est courante mais la voie de la «Ville associée» est exemplaire. La collaboration progresse pas à pas à partir de la base, sans pression du haut. Pour certains projets, le morceau de résistance est encore à venir, car les communes sont toujours à la manœuvre. Il y a lieu de se demander désormais si une fusion ne serait pas la meilleure solution, mais celle-ci est politiquement exclue pour le moment. En outre, la Birsstadt est encore peu visible et tangible pour la population. Une approche fondée sur le patrimoine construit pourrait constituer une étape pour renforcer le profil de la Birsstadt et l’identification avec le territoire. Le Prix Wakker 2024 donne une impulsion dans ce sens.
 

Florian Inneman, Géographe et aménagiste, EspaceSuisse
 

Cet article est tiré de la publication consacrée à la «Verein Birs­stadt», lauréate du Prix Wakker 2024. La remise du Prix Wakker 2024 a lieu le samedi 22 juin sur la Domplatz d’Arlesheim. Vous êtes cordialement invités: patrimoinesuisse.ch/prix-wakker

Publications

Publication et dépliant
Dans la nouvelle publication accompagnant le Prix Wakker, Patrimoine suisse explique les motifs du choix de la Verein Birsstadt, présente l’évolution de cette région et brosse le portrait de quelques-unes des nombreuses personnes qui se sont engagées pour cette association. En complément, un dépliant invite à une balade en dix étapes à la découverte des sites remarquables de la Birsstadt. Le dépliant et la
publication consacrée à la lauréate peuvent être commandés dans la boutique de Patrimoine suisse.

Remise du prix

Remise du prix lors de la fête du Prix Wakker 2024 
Le samedi 22 juin 2024 aura lieu la Fête du Prix Wakker 2024 sur la Domplatz à Arlesheim. C'est là qu'aura lieu la remise officielle du prix par Patrimoine suisse à la Verein Birsstadt. Ensuite, toute la population est invitée à fêter cet heureux événement avec un programme de divertissement régional.

Lauréat du prix

Verein Birsstadt
Les dix communes d'Aesch, Arlesheim, Birsfelden, Dornach, Duggingen, Grellingen, Muttenz, Münchenstein, Pfeffingen et Reinach s'unissent en 2018 au sein de l'association Birsstadt.