Imprimer

Détails

Mecredi, 27 mai 2015

Corriger les erreurs de planification : l’inventaire ISOS aide à réduire les zones à bâtir là où c’est nécessaire

Merishausen SH : L’occupation progressive du coteau de l’église par des villas individuelles ne contribue pas à la densification. Un dézonage marquerait clairement les limites de l’habitat. (photo: Patrimoine suisse)

Merishausen SH : L’occupation progressive du coteau de l’église par des villas individuelles ne contribue pas à la densification. Un dézonage marquerait clairement les limites de l’habitat. (photo: Patrimoine suisse)

Ernen VS : La construction de résidences secondaires a fortement modifié l’aspect du village. L’extension d’une zone de protection permettrait de préserver ce qui subsiste de son identité. (photo: Patrimoine suisse)

Niederwald VS : Après l’acceptation de l’initiative sur les résidences secondaires, la zone à bâtir est devenue beaucoup trop étendue. Un dézonage habile préserverait le paysage et la localité. (photo: Patrimoine suisse)

La Confédération oblige de nombreux cantons à réduire leurs zones à bâtir surdimensionnées. Une chance historique se présente pour corriger les erreurs de planification commises par le passé. A cet effet, l’Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse (ISOS) doit être impérativement respecté.

La révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire, approuvée par le peuple suisse en 2013, oblige de nombreux cantons à réduire – parfois massivement – leurs zones à bâtir. La mission doit consister à corriger les erreurs flagrantes de planification et à améliorer la qualité des sites construits. Malheureusement, des solutions de facilité se profilent au lieu de mesures à long terme permettant d’augmenter la qualité de vie et de l’habitat.

L’Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse (ISOS) décrit les éléments de grande valeur des agglomérations. Cet ouvrage dressé sur mandat du Conseil fédéral offre une aide précieuse pour l’évaluation. Malheureusement, l’inventaire n’a pas été suffisamment pris en compte jusqu’à présent. Une attitude qui ne relève pas seulement de la négligence mais qui viole aussi le principe posé par le Tribunal fédéral selon lequel il est impératif de se référer à l’ISOS pour de tels travaux de planification.

Patrimoine suisse exige donc que la Confédération et les cantons prennent leurs responsabilités au sérieux et qu’ils réduisent les zones à bâtir là où une revalorisation est encore possible. Trop nombreux sont les sites construits qui ont été défigurés par des planifications bâclées. Il est grand temps de traiter avec soin les rares possibilités qui s’offrent encore de procéder à un développement durable du milieu bâti.


L’annexe montre, au travers de trois exemples, les possibilités qui sont offertes par un dézonage tenant compte de l’inventaire fédéral ISOS.
Merishausen SH : L’occupation progressive du coteau de l’église par des villas individuelles ne contribue pas à la densification. Un dézonage marquerait clairement les limites de l’habitat.
Niederwald VS : Après l’acceptation de l’initiative sur les résidences secondaires, la zone à bâtir est devenue beaucoup trop étendue. Un dézonage habile préserverait le paysage et la localité.
Ernen VS : La construction de résidences secondaires a fortement modifié l’aspect du village. L’extension
d’une zone de protection permettrait de préserver ce qui subsiste de son identité.

 

Pour toutes informations et questions complémentaires :
Adrian Schmid, secrétaire général, 044 254 57 00, adrian.schmid(at)heimatschutz.ch

 

 

Recevoir nos communiqués de presse

Vous êtes journaliste ou rédacteur et désirez recevoir régulièrement nos communiqués? Laissez nous vos coordonnées.

 

> Inscription