Imprimer

Détails

Jeudi, 12 janvier 2012

Pour une densification de qualité

Cet immeuble d'habitation complète le tissu urbain en s'implantant sur une minuscule parcelle libre et en s'accolant contre un bâtiment existant. Les quatre appartements s'étendent sur l'ancien et le nouveau bâti. Immeuble d'habitation Zurlindenstrasse, Zurich, 2004-2006, Huggenberger Fries Architectes (photo B. Bühler)

Cette friche industrielle fait l'objet d'un processus de transformation dynamique où des bâtiments neufs complètent les anciennes halles transformées. Sulzer-Areal Winterthour, dès 1995, Sulzer Immobilien AG (photo Ps)

Un bâtiment de logements pour étudiants vient s'implanter sur une parcelle résiduelle située au centre-ville. Genève, 2011, Charles Pictet Architecte (photo S. Pecorini)

L’extension des agglomérations doit être freinée. Un consensus de plus en plus large règne à cet égard. La densification des zones urbanisées existantes revêt une importance croissante. Une nouvelle prise de position de Patrimoine suisse montre comment les aspects qualitatifs peuvent et doivent être intégrés aux futurs processus de densification.

Patrimoine suisse s’engage résolument en faveur d’une utilisation judicieuse et mesurée du sol. L’énorme consommation de sol des dernières décennies, dont la poursuite placerait les générations futures face à des problèmes insolubles, n’est pas un modèle viable. Afin de lutter contre cette évolution indésirable, Patrimoine suisse a lancé en été 2007, avec d’autres organisations environnementales, l’Initiative pour le paysage.

Fondamentalement, il est nécessaire de réduire les zones à bâtir et de taxer les plus-values résultant des mesures d’aménagement. Pour ramener la consommation de sol à un niveau raisonnable, il est primordial d’améliorer l’organisation et l’utilisation du milieu bâti existant. Il s’agit d’exploiter les potentiels disponibles et de limiter l’étendue des zones urbanisées. Or, le processus de densification que cela implique n’en est qu’à ses débuts, et il comporte des risques considérables: des interventions précipitées et mal planifiées sont susceptibles d’amener la population à rejeter le principe même de la densification. Il convient donc de prévenir ou, à tout le moins, de minimiser de tels effets.

Dans un nouveau document, Patrimoine suisse présente sa position et décrit comment l’on peut, dans les processus de densification, prendre en compte les enjeux de préservation du patrimoine bâti et assurer la qualité requise. On part ici du principe que la nécessité de densifier est admise, l’accent étant mis sur les aspects qualitatifs y afférents. Ainsi seulement la transformation des zones urbanisées du pays pourra-t-elle y apporter une amélioration de la qualité de vie.

Pour plus d’informations:
Adrian Schmid, secrétaire général de Patrimoine suisse, tél. 044 254 57 00


> Pour en savoir plus 

 

Recevoir nos communiqués de presse

Vous êtes journaliste ou rédacteur et désirez recevoir régulièrement nos communiqués? Laissez nous vos coordonnées.

 

> Inscription