Imprimer

Historique depuis 1998

Les Prix Schulthess jusqu'à nos jours

2015: Plantages communautaires de la Ville de Lausanne

Dans les villes, la volonté est vive de cultiver ses propres légumes et de s’essayer aux joies du jardinage. Depuis 1996, la Ville de Lausanne montre de manière exemplaire comment l’«urban gardening» fonctionne et comment il crée une plus-value pour la société. En décernant le Prix Schulthess des jardins 2015, Patrimoine suisse récompense cet engagement à long terme en faveur des «plantages», qui encourage la participation au jardinage et la prise de responsabilité écologique.

2014: Ville d'Uster

La Ville d’Uster montre de manière exemplaire comment une planification à long terme et la transformation d’espaces verts permettent d’aboutir à une nouvelle densité urbaine. Le fil conducteur de cette évolution est l’Aabach qui est passé progressivement du statut de canal industriel à celui d’écrin de verdure. Patrimoine suisse distingue l’engagement de la Ville d’Uster en décernant pour la première fois le Prix Schulthess des jardins 2014 à une commune.

2013: Parc Erlenmatt à Bâle

Le Canton de Bâle-Ville recourt depuis plusieurs années au prélèvement sur la plus-value. Conçu par le bureau Raymond Vogel Landschaften AG, le parc Erlenmatt illustre comment de tels instruments financiers peuvent contribuer au développement en commun d’espaces libres de grande qualité.

2012: Groupement Superpositions pour la revitalisation du cours d’eau de l‘Aire

Les exigences posées au réaménagement des cours d’eau sont énormes. Elles impliquent d’intégrer les nombreuses attentes des utilisateurs et des riverains. Par son intervention pluridisciplinaire, le Groupement Superpositions a suivi une approche nouvelle pour la revitalisation de l’Aire à Genève. Patrimoine suisse récompense ce projet exemplaire en lui attribuant le Prix Schulthess des jardins 2012.

2011: Architectes-paysagistes Rotzler Krebs pour le Brühlgutpark à Winterthour

Depuis le réaménagement du Brühlgutpark, à Winterthour, le quartier de Tössfeld, soumis à de fortes nuisances, jouit d’une véritable oasis. La qualité des nouveaux aménagements est due aux architectes-paysagistes Rotzler Krebs. Grâce à un travail précis, ce bureau de Winterthour est parvenu à relier subtilement des activités de nature différente et à combiner avec habileté substance existante et nouveaux éléments. C’est à ce bel exemple d’architecture paysagère qu’est décerné le Prix Schulthess des jardins 2011.

2010: Büro Vogt Landschaftsarchitekten SA

Avec le Prix Schulhess des jardins 2010, Patrimoine suisse place l’accent sur l’architecture paysagère contemporaine. La distinction va aux architectes Büro Vogt Landschaftsarchitekten SA et les récompense pour deux de leurs réalisations, les Blumenberge à Saint-Gall et un petit parc à Zurich. Ces installations sont deux exemples de la grande diversité créative du bureau zurichois, et illustrent l’ampleur des possibilités de l’architecture paysagère actuelle, qui va de l’aménagement d’un simple jardin à l’entretien d’un vaste espace public urbain.

2009: Deux jardins de Salis au Bergell

Le jardin de la Casa Battista à Soglio date des années 1630/1701. Des haies de buix soigneusement taillées lui confèrent une structure claire. Le jardin de Bondo est un peu plus récent (1766/1776). Le Palazzo et le jardin constituent une indissociable entité. Les duex installations sont de grande valeur historique et soi­gneusement entretenues ces dernières années par leurs propriétaires. Les mesures spécialisées de sauvegarde des jardins et de renouvellement en douceur se complètent de manière idéale et créent une nouvelle harmonie. Par cette récompense, Patrimoine suisse attire également l’attention sur le riche héritage culturel des jardins du Bergell.

2008: Wädenswil

Le dixième Prix Schulthess des jardins de Patrimoine suisse rend hommage à des prestations particulières dans le domaine de la recherche appliquée. Le Prix va au Zentrum Urbaner Gartenbau de la Haute école zurichoise de sciences appliquées (Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften ZHAW) de Wädenswil. Ce Centre analyse les interactions entre l’être humain, la flore et l’environnement et développe des méthodes pour restituer aux espaces verts stériles de nos villes des qualités propres aux jardins. Avec sa recherche entre écologie, économie et esthétique, le Centre de Wädenswil fournit un travail de pionnier dans un domaine encore beaucoup trop peu connu.

2007: Champex

Ce sont 82 années de travail laborieux qui sont récompensées par le Prix Schulthess des jardins 2007 de Patrimoine suisse. Conçu en 1925 comme jardin privé, le jardin « Flore-Alpe » de Champex (VS) a évolué en un jardin botanique alpin. Cette alliance du jardin et de la science crée une atmosphère toute particulière. « Flore-Alpe » regroupe 3’000 plantes originaires aussi bien des Alpes que des autres montagnes.

2006: Arlesheim

Patrimoine suisse met dans l'année 2007 à l'honneur, en lui décernant le Prix Schulthess des jardins 2006, la Fondation Ermitage Arlesheim und Schloss Birseck. Par son engagement et son travail, cette fondation a accompli des actions décisives en vue de la conservation de l'Ermitage, le plus éminent jardin paysager anglais de Suisse.

2004: Fred Eicher

Patrimoine suisse a choisi de décerner son Prix Schulthess des jardins 2006 à une importante personnalité de l’architecture paysagère contemporaine. Le lauréat, Fred Eicher, de Zurich, est couronné pour l’ensemble de son œuvre. Par son activité, il a exercé pendant des dizaines d’années une grande influence sur l’aménagement des jardins et des paysages en Suisse. Le prix lui sera remis officiellement le 10 septembre 2004.

2003: Roseraies

Patrimoine suisse a organisé le Prix Schulthess des jardins 2003 sous le signe des "roseraies". Ce sont les "Amis des roses de Winterthour et environs" et Elisabeth Oberle qui sont récompensés pour leur roseraie de la chartreuse d’Ittingen (TG) et leur inlassable travail. Promoteur des roses en Suisse, Richard Huber, de Dottikon (AG), est lui aussi honoré pour son action extraordinaire en faveur des nouvelles variétés de roses.

2002: Parcs et jardins historiques

A l’enseigne des "parcs et jardins historiques", Patrimoine suisse distingue deux biens culturels de grande valeur. Les deux parcs se caractérisent par leur remarquable mariage d’architecture et d’environnement plastique, et fascinent par leur riche substance originale. Les installations privées du château d’Oberdiessbach et du Löwenhof de Rheineck frappent aussi par leur engagement extrêmement marqué des familles de propriétaires.

2001: Collections de plantes

Patrimoine suisse a attribué le Prix Schulthess des jardins 2001 à quelques particuliers collectionneurs de plantes extraordinaires. Au premier rang, la collection de sir Peter Smithers, de Vico Morcote (TI). Ont également été primées les collections privées de Hansuli Friedrich, de Stammheim, Otto Eisen-hut, de San Nazzaro, Hans R. Horn, de Merligen, Heinrich Oberli, de Wattwil et Jakob Eschmann sen., d‘Emmen.

A l’enseigne des „collections de plantes“, Patrimoine suisse a découvert une foule de collections privées ou publiques de plantes vivantes, qui sont autant de biens culturels inestimables, même si elles sont parfois ignorées du public.

2000: Association Jardin urbain

Placé sous le signe des "îles de verdure en ville", le Prix Schulthess des jardins a été attribué en l'an 2000 à l'Association Jardin urbain (AJU), qui s'investit depuis des années pour promouvoir l'art des jardins urbains. A la demande de la Ville de Lausanne, l'AJU a organisé la grande manifestation Lausanne Jardins 2000.

A partir d'un concept général axé sur la création, le thème de nos relations avec les jardins et les espaces verts s'est décliné dans toute la ville. Du coup, les espaces de verdure ont gagné en considération et sont devenus des lieux à vivre. L'exposition était centrée sur 29 objets de grande et petite taille, réalisés par des artistes et des architectes-paysagistes. Des endroits archiconnus ont été modifiés et réinterprétés par l'art paysager moderne. Une partie des objets ont survécu à l'exposition de l'été 2000 et demeurent ouverts au public. Patrimoine suisse a cherché par ce prix à inciter d'autres villes à repenser leurs îles de verdure et à présenter des projets aussi innovants.

1999: Amour des jardins

En 1999, le Prix Schulthess des Jardins a été attribué par Patrimoine suisse à cinq propriétaires de jardins privés. Le thème retenu cette année-là, "l'amour des jardin", faisait volontairement contraste avec l'édition 1998.

En 1999, les créateurs du Prix des jardins, Georg et Marianne von Schulthess, entendaient explicitement exhorter la population en général à pratiquer l'art des jardins. Les lauréats ne doivent donc pas être considérés comme les propriétaires des cinq plus "beaux" jardins amateurs; ils représentent plutôt tous les jardiniers du dimanche. Pendant des années et des années, ils ont cultivé leurs jardins avec un grand dévouement, et ces jardins sont devenus le reflet de leurs propriétaires. Le prix est censé inciter d'autres personnes à cesser de considérer les travaux du jardin comme une charge pénible et à y voir plutôt une occupation créatrice, qui demande de l'engagement et une touche personnelle.

Les lauréats: Hans Rudolf et Verena Tobler, Zurich, Claus et Barbara Scalabrin, Alten, Arthur et Gertrud Bölsterli, Windisch, Jean-Jacques et Dora Voirol, Dornach, Hanspeter et Alice Sager, Brittnau.

1998: Fondation "Archives d'Architecture paysagère et Jardins", Rapperswil

Le premier Prix Schulthess des Jardins a récompensé la fondation "Archives d'Architecture paysagère et Jardins". Cette fondation a pour but de constituer des archives contenant des plans et des écrits concernant l'architecture des jardins et l'aménagement du paysage en Suisse, et de mettre ces documents à la disposition des enseignants, des praticiens et des chercheurs. Créée en 1982, la fondation veille ainsi sur un imposant patrimoine culturel: 22'000 plans, une bibliothèque de 5000 ouvrages et revues, et 30'000 photographies environ. Une bonne partie de ces documents n'a pas encore été inventoriée et ne peut donc pas être exploitée. La fondation cherche donc à conserver ces trésors et à faciliter l'accès aux informations.

Contrairement à l'Angleterre, à la France et à l'Allemagne, pays de haute tradition, la Suisse ne possède pour ainsi dire aucun jardin d'importance particulière. L'architecture et l'aménagement paysagers, de même que leurs adeptes et spécialistes, n'ont pas chez nous la même cote que les architectes. C'est ce qui explique la création des "Archives d'Architecture paysagère et Jardins", devenues aujourd'hui un important centre d'information et documentation.

Critères

Critères pour l'attribution du Prix Schulthess.

 

> Pour en savoir plus